Accueil
Modèles de chambre
Nous joindre
Localisation
Pour les aînès autonomes et semi-autonomes  Afin de vous divertir 

Journée Portes ouvertes à La Belle Époque

Jessica Lafrenière, à gauche, et Sylvie Jolivette sont fières de présenter la nouvelle aile de la résidence La Belle Époque et tous les partenaires qui ont contribué à faire de ce projet un succès.

MANIWAKI ( Dimanche 26 avril 2015 ) - Plus de 500 personnes sont venues visiter, dimanche, la nouvelle aile de la résidence La Belle Époque. Les 32 unités sont prêtes à accueillir les nouveaux résidents à partir de la première semaine de mai. Un investissement majeur pour la région, qui s'élève à 4 millions de dollars (10 millions pour les deux phases) et permet de créer des emplois.

Une journée portes-ouvertes était organisée à l'échelle provinciale par le Regroupement québécois des résidences pour aînés, un organisme à but non lucratif qui regroupe des résidences privées, dont La Belle Époque. «Les autres années nous ne participions pas car nous étions complets, explique Jessica Lafrenière. Mais après la fin des travaux cette année, nous avons décidé de participer.»

Ces derniers ont commencé en septembre 2014, sous la direction des Entreprises Ma-Mi Inc. Entre 150 et 200 personnes ont travaillé sur le chantier, en comptant les sous-traitants. L'équipe des Entreprises Ma-Mi, dirigée par Michel Vallières, compte environ 11 personnes. «Nous avons fini environ un mois et demi en avance», précise ce dernier. L'échéancier a en effet été tenu depuis le début. Il ne reste plus qu'à finir l'extérieur soit les finitions, balcons, terrassement, etc, ce qui devrait prendre quelques semaines.

Ce projet est une belle réalisation familiale qui implique Michel Vallières et sa femme Sylvie Jolivette, propriétaires de La Belle Époque, leurs fils Hugo et Mathieu ainsi que leur belle-fille Jessica Lafrenière. Le résultat : des unités avec une décoration chaleureuse, aux couleurs modernes, où les résidents se sentiront chez eux.

Les 32 nouvelles unités sont réparties sur trois étages, avec deux coins salon. Un ascenseur a donc été ajouté. La salle de gym, au rez-de-chaussée, a été agrandie. Les résidents ont le choix entre trois modèles, dont certains avaient été meublés pour la journée portes-ouvertes

afin de donner une meilleure idée aux visiteurs : appartement trois et demi pour une personne avec frigidaire, four micro-ondes, poêle et cafetière ; un studio avec une chambre à part et frigidaire, four micro-ondes et cafetière, donc les résidents concernés mangent à la salle à manger commune ; un studio, assez grand pour un couple, avec deux chambres, salon-cuisine, frigidaire, poêle, four micro-ondes, plus de rangement. Les unités, qui s'étendent de un peu moins de 500 à 630 pieds carrés, comptent toutes une salle de bain.

La construction est munie d'un système de gicleur, d'une séparation coupe-feu entre les deux ailes et d'un panneau d'alarme incendie relié à la centrale. Les propriétaires assurent que chacun des logements est conçu pour limiter les risques d'incendie. Des mesures qui font écho à l'incendie qui avait dévasté une résidence de personnes âgées à l'Îsle-Verte et fait 32 morts. Par ailleurs, l'accès aux logements et au bâtiment est contrôlé par un système à carte magnétique et sous surveillance par caméra.

Désormais, la résidence La Belle Époque propose donc 98 unités, pour des personnes autonomes et semi autonomes, ainsi que 11 ressources intermédiaires offertes en partenariat avec le centre de santé. Aux près de 70 résidents actuels s'ajouteront autour de 35 personnes. Il y a encore des unités disponibles. Avant la journée portes-ouvertes, plus de la moitié étaient déjà louées.



 
 



 


La Belle Époque
 www.labelleepoque.ca | info@labelleepoque.ca