Accueil
Modèles de chambre
Nous joindre
Localisation
Pour les aînès autonomes et semi-autonomes  Afin de vous divertir 

La Belle Époque ajoute 32 nouvelles unités

De gauche à droite : Hugo et Michel Vallières, Sylvie Jolivette, Jessica Lafrenière, Mathieu Vallières.

SYLVIE DEJOUY
MANIWAKI ( Automne 2014 ) - Bonne nouvelle pour l’activité économique de la région. Des travaux d’agrandissement de la résidence La Belle Époque ont commencé la semaine dernière, afin d’y ajouter 32 nouvelles unités. Un projet familial impliquant Michel Vallières et Sylvie Jolivette, propriétaires, leurs fils Hugo et Mathieu ainsi que leur belle-fille Jessica Lafrenière. Un investissement majeur aussi pour la région, qui s’élève à 4 millions de dollars (10 millions pour les deux phases).

Les entreprises Ma-Mi, dirigées par Michel Vallières, ont commencé la construction d’une nouvelle structure de trois étages, sur le terrain situé derrière la résidence. «Les travaux comprennent l’ajout de logements de 1 et 2 chambres à coucher ainsi que des studios, incluant tous leur propre salle de bain, comme pour la précédente phase, explique Sylvie Jolivette. Les finis, l’apparence et la qualité de la construction seront équivalentes à la phase 1 du projet. L’ajout d’un deuxième ascenseur pour faciliter l’accès, l’agrandissement de la salle d’activités donnant sur la rue Commerciale et l’ajout de deux «salons rencontre» sont aussi prévus. De plus, des sections vestiaires et autres facilités sont nécessaires pour le personnel.»

Cet automne, les éléments structuraux, comme les fondations, et les éléments de maçonnerie seront réalisés. La réalisation des plans d’ingénierie est en cours. La structure devrait être érigée durant l’hiver. Les travaux devraient finir au printemps 2015 et les nouveaux résidents pourront emménager à l’été prochain.

De plus, les propriétaires ont acheté la bijouterie située juste à côté pour éventuellement dans le futur agrandir leur salle à dîner.

À noter que la construction sera munie d’un système de gicleur, d’une séparation coupe-feu entre les deux ailes et d’un panneau d’alarme incendie relié à la centrale. Les propriétaires assurent que chacun des logements est conçu pour limiter les risques d’incendie. Des mesures qui font écho à l’incendie qui avait dévasté une résidence de personnes âgées à l’Îsle-Verte et fait 32 morts. Par ailleurs, l’accès aux logements et au bâtiment est contrôlé par un système à carte magnétique et sous surveillance par caméra.

Devenir une référence

Cela fait plus de trois ans que les propriétaires travaillent sur ce projet. Le plus difficile a été de trouver le financement, sachant que La Belle Époque étant une résidence privée elle n’a droit à aucune subvention. À cela s’ajoutent un contexte difficile du marché immobilier des résidences en Outaouais et le resserrement des règles de financement des projets similaires. «On est allé voir des bailleurs de fonds mais ils n’ont pas vraiment confiance en notre région, explique Sylvie Jolivette. Quand on leur montrait notre montage financier c’était oui, mais quand ils apprenaient qu’on était à Maniwaki ça ne marchait plus. On a donc été obligés de courtiser les institutions financières, de les inviter à venir visiter.»

Finalement, avec acharnement, ils ont fini par y arriver. Le secret de cette réussite : le travail d’équipe et une famille soudée. Mathieu Vallières s’occupe plus particulièrement du financement et des soumissions, Michel et Hugo Vallières de la construction, Jessica Lafrenière puis Sylvie Jolivette de la location. Celle-ci a déjà débuté, une liste de personnes intéressées est en train d’être faite, sachant que la priorité est donnée aux personnes qui occupent actuellement la résidence et qui voudraient changer de logement.

Ce projet permettra de créer trois emplois, qui s’ajouteront aux 21 postes permanents actuellement occupés. L’objectif pour les propriétaires de La Belle Époque est de «consolider la place de la résidence comme leader dans la Vallée-de-la-Gatineau, aller chercher un plus grand marché, qu’on soit vraiment une référence dans la région capable de compétitionner avec les institutions de Gatineau et Mont-Laurier».

À noter qu’actuellement La Belle Époque compte 67 unités, pour des personnes autonomes et semi autonomes, ainsi que 11 ressources intermédiaires proposées en partenariat avec le centre de santé.



 
 



 


La Belle Époque
 www.labelleepoque.ca | info@labelleepoque.ca